Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
 |  Vancouver |  USA |  France | 
 
   Islam

Dires et ecrits des imams et savants au sujet du Soufisme 4e partie



Version Imprimable

La Validité de Hadiths Faibles

Nous concluons la discussion sur Ihya´ `ouloum al-din avec les déclarations sur la permissibilité de hadiths faibles par les maîtres de hadiths, établissant comme l’Imam al-Sakhawi déclara dans la conclusion de son livre al-qawl al-badi´, que «La majorité des savants (al-joumhour) supportent qu’un hadith faible peut être utilisé comme une base pour mener une bonne action et achever un bon caractère mais pas pour des règles légales.»

Ibn Hajar écrit dans Hadi al-sari:

Malik et Boukhari ont une différente compréhension de la validité des hadiths. Malik ne considère pas l’interruption dans la chaîne comme une défaillance dans le hadith. Pour cette raison, il cite des hadiths avec des chaînes interrompues du type moursal et mounqati, et des communications sans chaînes (balaghat) comme une partie de l’objet principal de son livre (al-Mouwatta´), alors que Boukhari, considère l’interruption comme une défaillance dans la chaîne de transmission. Ainsi, il ne cite pas ces hadiths sauf comme quelque chose en dehors de l’objet principal de son livre (al-jami` al-sahih), par exemple les commentaires (ta`liq) et les titres de chapîtres.[162]
Al-Hakim (d.405) rapporte dans son Madkhal, un manuel sur la science de hadiths:

J’entendis Abou Zakariyya al-`Anbari dire que Mouhammad ibn Ichaq ibn Ibrahim al-Hanzali lui dit que son père avait l’habitude de rapporter d’`Abd al-Rahman ibn Mahdi qu’il avait l’habitude de dire: «Nous étions conciliants concernant l’isnad au sujet de la récompense et la punition et des actions vertueuses, et étions indulgents envers les gens (c’est-à-dire concernant leur identité et fiabilité); mais lorsque nous transmettions au sujet de ce qui est légal et ce qui est interdit, nous sommes stricts avec l’isnad et examinons minutieusement les gens.»

J’ai entendu Abou Zakariyya Yahya ibn Mouhammad al-`Anbari dire qu’il entendit Abou al-`Abbas ibn Mouhammad al-Sijzi dire qu’il entendit al-Naufali dire qu’il entendit Ahmad ibn Hanbal dire: «Lorsque nous transmettons de l’apôtre d’Allah au sujet de ce qui est permis et ce qui est interdit, au sujet des ordonnances légales, nous sommes stricts; mais lorsque nous transmettons du Prophète au sujet des actions vertueuses et ce qui n’est pas établi ou d’abroger une ordonnance légale, nous sommes conciliants avec les isnads.»[163]

Voici est le texte complet de Sakhawi extrait d’al-qawl al-badi`:

Cheick al-Islam Abou Zakariyya al-Nawawi dit dans l’Adhkar:

Les `oulama parmi les experts en hadiths et les experts en loi et autres ont dit: il est permis et recommandé que la pratique religieuse (al-`amal) concernant les bonnes actions et le bon caractère (al-fada’il), l’encouragement au bien et le découragement du mal (al-targhib wa tarhib) soient basés sur des hadith faibles aussi longtemps que ce n’est pas inventé. En ce qui concerne les règles légales, (ahkam) ce qui est permis et ce qui est interdit, ou les modalités des échanges, le mariage, le divorce et autres: la pratique de l’un n’est basée sur rien d’autre que les hadiths solides (sahih) ou les hadiths fiables (hassan), en guise de précaution, dans certains cas relatifs à l’un des éléments cités ci-dessus, par exemple, si un hadith faible était cité au sujet de la répréhensibilité (karahat) de certains types de ventes ou de mariages. Dans ces cas, ce qui est recommandé (moustahabb) est d’éviter une telle vente et un tel mariage, mais ce n’est pas obligatoire.

N’étant pas d’accord avec ceci, Ibn al-`Arabi al Maliki dit: «Absolument aucune pratique n’est basée sur un hadith faible.»

J’ai entendu mon cheick (Ibn Hajar al-`Asqalani) insister sur les dires suivants, et lui-même me le remit sous forme rédigée:

Les conditions pour des pratiques religieuses basées sur du hadith faible sont de trois:

1- Il y a une unanimité sur ceci: le plus faible ne doit pas être le plus fort. Ceci exclue les hadiths individuellement collectionnés par les menteurs ou ceux accusés de mensonge, et ceux qui font des erreurs scandaleuses.
2- Qu’il y est pour cela une base légale générale. Ceci exclue ce qui est inventé et qui n’a pas de base légale de départ.
3- Que l’un ne pense pas, pendant que l’utilisant comme fondement de base, qu’il a été établi comme vrai. Ceci est dans l’ordre de ne pas attribuer au Prophète des mots qu’il n’a pas dits.

Les deux dernières conditions sont d’Ibn `Abd al-Salam et son compagnon Ibn Daqiq al-`Id; Abou Sa`id al-`Ala'i rapporta l’unanimité sur le premier.
Je dis: ¨Il a été rapporté de l’Imam Ahmad que l’on peut pratiquer sur la base de hadiths faibles s’il n’y plus d’autre hadith à cet effet et s’il n’y a pas de hadith qui le contredit¨. Dans une autre narration, il est rapporté dire: «Je préfère le hadith faible par rapport à l’opinion des gens.» Ibn Hazm a similairement mentionné que les savants Hanafi unanimement sont d’accord avec l’école d’Abou Hanifa qui supporte que le hadith faible est préférable à l’opinion (ra'y) et à l’analogie (qiyas). Ahmad fut questionné au sujet de quelqu’un se trouvant dans un pays avec, en main un possesseur de hadiths (hadith sahib) qui ne sait pas la différence entre du solide et du non-solide, et, dans l’autre, avec un possesseur d’opinion (sahib ra'y): Qui devrait-il consulter? Il répondit; « Qu’il consulte le détenteur de hadiths et non le détenteur d’opinions.»

Abou `Abd Allah Ibn Mandah rapporta d’Abou Dawoud, l’auteur du Sounan et élève de l’Imam Ahmad, avait l’habitude de citer la chaîne de transmission d’un hadith faible s’il ne pouvait pas trouver mieux que cela sous ce titre particulier (bab), et qu’il le considérait comme une évidence par rapport à l’opinion.

Ce qui émerge de cela est qu’il y a trois vues divergentes:

- Aucune pratique n’est basée sur du hadith faible ;
- Une pratique y est basée si aucune autre évidence n’est trouvée sous le même titre;
- La majorité des savants (al-joumhour) soutiennent que le hadith faible peut être utilisé comme base pour pratiquer des bonnes actions et achever un bon caractère, mais non pour des règles légales. Et Allah est Celui qui garanti le succès.[164]

Certains questionnent à tort le fait que l’Imam Ahmad permis l’utilisation de hadiths faibles à la lumière de l’affirmation d’Ibn Taymiyya dans son Qa`ida fi al-tawassoul: « Celui qui rapporte d’Ahmad qu’il avait l’habitude de se baser sur du hadith faible, qui n’est pas sahih ou hassan, a fait une erreur.»[165] Cependant, ceci ne contredit pas l’opinion de l’Imam Ahmad citée ci-dessus par Sakhawi comme l’Imam Ahmad n’appliqua pas de hadiths faibles au ahkam ou les règles légales. Ainsi ce que Ibn Taymiyya veut dire est: «Celui qui rapporte de l’Imam Ahmad qu’il avait l’habitude de se baser sur du hadith faible en dérivant des règles légales dans la Chari`a.» a l’exception des règles, il n’y a pas de doute que l’Imam accepta le hadith faible, comme rapporté par al-Hakim dans al-Madkahl déjà cité, et confirmé par Ibn `Arabi al-Maliki dans `Aridat al-ahwadhi.[166] Ceci est confirmé par Ibn Taymiyya, lui-même, quelque part dans son œuvre:

Ahmad ibn Hanbal et les autres savants permirent la narration de hadiths regardant les vertus aussi longtemps que ce n’est pas du mensonge… comme il possible que la récompense puisse être vraie, quoiqu’aucun des Imams n’ont dit qu’il est permis de considérer quelque chose d’obligatoire (wajib) ou recommandé (moustahabb) par la voie de hadiths faibles, et quiconque dit cela diffère du consensus.[167]

Cependant, Ibn Taymiyya prétend “qu’aucun des Imams n’a déclaré une action recommandée par la voie d’un hadith faible, et quiconque dit ceci diffère du consensus” est évidemment incorrect, comme cela est prouvé par l’allusion indiscutable de Sakhawi aux dires de Nawawi déjà cités:

Les `oulama parmi les experts en hadiths et les experts en Lois et autres ont dit… par exemple, si un hadith faible était cité au sujet la répréhensibilité (karahat) de certains genres de ventes ou de mariages…ce qui est récommandé (moustahabb) est d’éviter ces ventes et mariages, mais ce n’est pas obligatoire.

Abou al-Wafa' Ibn `Aqil al-Hanbali (d.513)

Comme al-Harawi al-Ansari, il était un hafiz et un faqih de l’école Hanbali; il fut un ardent défenseur de la Sunna et du tassawwouf. Il est considéré comme un revivificateur de l’école de l’Imam Ahmad, quoiqu’il eut plusieurs maîtres appartenant à différentes écoles. Comme plusieurs Soufis de son école entre autre Ibn Qoudama (d.620) et al-Toufi (d.715), Ibn `Aqil considérait al-Hallaj comme un wali (saint) et ne douta pas de sa sincérité ni de sa vertu. Ibn al-Jawzi rapporta qu’il avait en sa possession la copie autographiée d’un traité d’Ibn `Aqil écrit en éloge à al-Hallaj, intitulé jouz' fi nasr karamat al-Hallaj (Opuscule à l’éloge du don d’al-Hallaj). Ibn 'Aqil était universel et dans son Kitab al-founoum se serait étendu sur huit cent volumes dont un seul est encore existant.[168]

suite de la position des Savants

Sommaire


[45] Ibn al-Jawzi, Sifat al-sawfa 2(4):10 (#570).

[46] Ibn al-Qayyim, Rawdat al-mihibbin p.225.

[47] Abu Nu’aym, Hilyat al-awliya’ 6:155.

[48] Ibn Taymiyya, al-Tassawwouf dans Majmou’a al-fatawa al-koubra 11:16.

[49] Rapporté par Mouslim, Ahmad, Tirmidhi, et Ibn Majah.

[50] Dans Ghazali, trad. T.J.Winter, l'évocation de la mort p.18.

[51] Ibn ‘Abidin, Hashiyat radd al-muhtar ‘ala al-durr al-mukhtar 1:43.

[52] Ibn Qayyim, Madarij al-salikin; Ibn al-Jawzi, Sifat al-safwa (Béirut: dar al-kutub al-‘ilmiyya, 1403/1989) 1 (2):203 (#254); Abu Nu’aym, Hilyat al-awliya, s.v. “Abu Hashim al-Sufi.”

[53] Ibn al-Jawzi, op. Cit.

[54] Ibn al-Jawzi, Sifat al-safwa 1(2):120.

[55] `Ali al-Qari, Charh ‘ayn al-‘ilm wa-zayn al-hilm (Le Caire: Maktabat al-Thaqafa al-Diniyya, 1989) 1:33; Ahmad Zarrouq, Qawa’id al-tassawwouf (Le Caire, 1310); `Ali al-`Adawi, Hachiyat al-`Adawi `ala charh Abi al-Hassan li-rissalat Ibn Abi Zayd al-moussammat kifayat al-talib al-rabbani li-rissalat Ibn Zayd al-Qayrawani fi madhhab Maalik (Béyrout?: Dar Ihya’ al-Koutoub al-‘Arabiyah, <n.d.>) 2:195; Ibn ‘Ajiba, Iqaz al-himam fi sharh al-hikam (Le Caire: Halabi, 1392/1972) p.5-6.

[56] Ibn ‘Ajiba, Iqaz al-himam 5-6.

[57] Souyouti, Ta’yid al-haqiqa al-‘aliyya p.15

[58] al-‘Ajlouni, Kashf al-Khafa wa mouzil al-albas 1:341 (#1089).

[59] Al-Saffarini, Ghidha’ al-albab li-sharh manzoumat al-adab (Le Caire: Matba’at al-Najah, 1324/1906) 1/120.

[60] Cité dans le livre Tanwir al-Gouloub, p.405. par cheick Amin al-Kourdi.

[61] ‘Abd al-Qahir al-Baghdadi, Kitab Ousoul al-Din p.308-309; Taj al-Din Soubki, Tabaqat al-shafi’iyya 2:275; Jamal al-Din al-Isnawi, Tabaqat al-Shafi’iyya 1 (#9)26-27.

[62] Al-Soubki le mentionne dans Tabaqat al-shafi’iyya. Une copie est disponible à la bibiothèque Chester Beatty, ,s. 3184 (2).

[63] Muslim, Iman; Ahmad 4:73.

[64] Al-Mouhassibi, Kitab al-Wassaya, ed. ‘Abd al-Qadir Ahmad ‘Ata (Le Caire, 1384/1964) 27-32.

[65] Al-khatib al-Baghdadi, Tarikh Baghdad 8:214.

[66] Soubki, Tabaqat al-shafi’iyya 2:279.

[67] Ceci est rapporté dans Sounan al-Bayhaqi (3:121), al-Moughni (2:186-187) et quelque part ailleurs.

[68] «La chaîne de transmission de cette histoire est fiable, mais le rapport en lui-même est rejeté, car mon coeur ne l’accepte pas. Je ne pense pas que Ahmad puisse faire chose pareille.» Dhahabi, Mizan al-I’tidal 1:430 (#1606).

[69] Al-Dhahabin, Siyar a`lam al-noubala', éd. Mouhammad ibn Hassan Moussa (Jeddah: Dar al-andalous, 1995) #508.

[70] Al-Dhahabi, mizan al-I’tidal 3:214

[71] al-Dhahabi, Mou’jam shouyoukal-Dhahabi, al-Mou-jam al-kabir, ed. Mouhammad Habib al-Hayla (Ta’if; Maktabat al-Siddiq, 1408/1988) 1:37.

[72] Ibid.1:48.

[73] Ibid.1:58.

[74] Ibid.1:72.

[75] Ibid.1:77.

[76] Ibid.1:91. Cf. Ibn Kathir, al-Bidaya 14:37, 106-107; Soubki, Tabaqat 9:20-22.

[77] Al-Dhahabi, Mou`jam chouyouk al-Dhahabi, 1:104.

[78] Ibid.1:131.

[79] Ibid.1;136

[80] Ibid.1:157-158.

[81] Ibid.1:322.

[82] Ibid.1:160.

[83] Ibid.1:163.

[84] Ibid.1:184.

[85] Ibid.1:209.

[86] Ibid.1:216.

[87] Ibid.1:222.

[88] Ibid.1:253.

[89] Ibid.1:258.

[90] Ibid.1:277.

[91] Ibid.1:298.

[92] Ibid.&:314.

[93] Ibid.1:323-324.

[94] Ibid.1:339.

[95] Ibid.1:379.

[96] Ibid.1:381.

[97] Ibid.1:393-394.

[98] Ibid.1:399.

[99] Ibid.1405.

[100] Ibid.1:415.

[101] Ibid.1:421.

[102] Ibid.&:441.

[103] Ibid.2:49.

[104] Ibid.2:83.

[105] Ibid.2:90.

[106] Ibid.2:100.

[107] Ibid.2:101.

[108] Ibid.2:139-140.

[109] Ibid.2:143.

[110] Ibid.2:146.

[111] Ibid.2:148.

[112] Ibid.2:181

[113] Ibid.2:193.

[114] Ibid.2:195.

[115] Ibid.2:205.

[116] Ibid.2:216.

[117] Ibn Kathir dans al-Bidaya 14:75, Soubki dans Tabaqat 9:162.

[118] Al-Dhahabi dans Mou`jam chouyouck al-Dhahabi, 2:244.

[119] Ibn Kathir dans al-Bidaya 14:131-132, Ibn Hajar dans al-Dourar al-Kamina 4:193, al-Soubki dans Tabaqat 9:191.

[120] Al-Dhahabi dans Mou`jam chouyouck al-Dhahabi, 2:267.

[121] Ibid.2:282-283/

[122] Ibid.2:323-324.

[123] Ibid.2:325.

[124] Ibid.2:331.

[125] Ibid.2:335-336.

[126] Ibid.2:403.

[127] Ibid.2:405.

[128] al-Dhahabi dans Tadhkirat al-houffaz (Béirout: Dar al-Koutoub al-`Ilmiyah).

[129] Soubki, Q’ida p.53.

[130] Ibn al-Jawzi, Sifat al-sawfa 2(2):200 (#763).

[131] Ibid.

[132] Dans ‘Afif al-Din Abou Mouhammad ‘Abd Allah Asad al-Yafi’I (d. 768), Nashr al-mahassin al-ghaliya fi fadl mashayikh al-soufiyya (Béyrut: Dar Sadir, 1975)

[133] al-Jounayd, Kitab dawa’ al-arwah, ed. & trad. A.J.Arberry dans le journal de la Société Royale Asiatique (1937).

[134] Hadith moursal mawqouf rapporté par al-Hakim de Makhoul, Ibn al-Moubarak de Abou al-Darda’, et Daylami de Abou Hourayra. Souyouti le cite dans al-Dhourr al-manthur 6:86.

[135] Boukhari, Mouslim, Ibn Majah, Tirmidhi, Ahmad.

[136] Ibn Majah, Tirmidhi, al-Hakim.

[137] Al-Hakim al-Tirmidhi, Adab al-mouridin, ed. ‘Abd al-Fattah ‘Abd Allah Baraka (Le Caire: Matba’at as-sa’adat, 1976) p. 33-41.

[138] ‘Abd al-Qadir al-Baghdadi, al-Farq bayn al-firaq (Béïrut: dar al-koutoub al-‘ilmiyya,n.d.) 242-243.

[139] ‘Abd al-Qadir al-Baghdadi, Ousoul al-din p.315-16.

[140] Al-Qoushayri, al-Rissala, traduit par B.R. Von Schlegell, Les principes du Soufisme (Berkeley: Mizan Press, p. 301-307.

[141] La chaîne des maîtres Naqshbandi au temps de al-Kharqani est comme suit: Abou yazid al-Bistami ® Abou al-Hassan al-Kharqani ® Abou ‘Ali al-Farmadi (le maître de Ghazali) ® Abou Youssouf al-Hamadani ® Abou al-‘Abbas al-Khidr ® ‘Abd al-Khaliq al-Ghoujdawani.

[142] Ibn Rajab, Dhayl ‘ala tabaqat al-hanabila (Damas, 1951) 1:64-85.

[143] Edité par A.J. Arberry, “La Biographie Ansari de Jami” dans Le Trimestriel Islamique (Juillet-Décembre 1963) p. 57-82.

[144] Al-Ghazali, al-Mounqidh min al-dalal, p.131.

[145] Ibn `Ajiba, Iqaz al-himam p.8.

[146] Al-`Iraqi le cite dans Bayhaqi sur l’autorité d’Ibn `Abbas et sa chaîne de transmission contien Mouhammad ibn `Abd al-Rahman ibn Ghazwan, l’un des faussaires.

[147] Tirmidhi: hassan; Nissa'I; `Iraqi ne pas considéré de faible (la chaîne de transmission)

[148] Mouslim.

[149] Un hadith sahih rapporté par Tirmidhi, Ahmad, Tabarani, Ibn Majah, Ibn Hibban, al-Hakim, et Qouda`i.

[150] Note du traducteur: lire Toussi.

[151] Salah al-Din Khalil ibn Aybak al-Safadi, al-Wafi bi al-wafayat (Wiesbaden, 1962-1984) 1:274-277 (#176).

[152] Taha Jaber al-`Alwani, Ousoul al-fiqh: La source de la Méthodologie en Jurisprudence Islamique, ed. Youssouf Talal Delorenzo (Herndon, VA: IIIT, 1411/1990) p. 50.

[153] Reliance of the Traveller (La Dépendance du Voyageur) p. 1048.

[154] Ibn al-Jawzi, Kitab al-qoussas wa al-moudhakkirin p.201.

[155] Ibn al-Jawzi, al-Moutazam 9:169.

[156] Taqi al-Din al-Soubki, Tabaqat al-shafi`iyya 4:179-182.

[157] Voir al-Hakim, al-madkhal li `ilm al-hadith (le début), le Dala'il al-noubouwwa de al-Bayhaqi (l’introduction), al-Tibyan fi`ouloum al-qour’an p.17. de Nawawi. Celui-ci dit:”Les savants sont d’accord sur la légitimité de l’usage de faibles hadiths dans le domaine de travaux vertueux.” Al-Sakhawi déclara l’opinion du consensus des savants sur cette question dans l’épilogue de son al-Qawl al-badi`fi al-salat `ala al-habib al-shafi` (L’admirable doctrine conernant l’invocation des saluts sur le bien-aimé intercesseur) (Béirut: dar al-koutoub al-`ilmiyya, 1407/1987) p.245-246.

[158] T.J Winter, traduction du “Evocation de la Mort” de Ghazali (Cambridge: Islamic Texts Society,1989), Introduction,p.xxix n.63.

[159] al-Dhahabi, Mizan al-i`tidal 3:214.

[160] Al-Ghazali, al-Mounqidh min al-dalal (Damas, 1956) p.40.

[161] Ibn Hajar al-Haytami, Fatawa hadithiyya (Le Caire: al-Halabi, 1970)p.331.

[162] Ibn Hajar, Hadi al-sari, éd. Ibrahim `Atwa `Awad (Le Caire, 1963) p.21.

[163] al-Hakim, al-Madkhal ila ma`rifat al-iklil, éd. & trad. James Robson, Une introduction à la Science de Tradition (Londres: Société Royale Asiatique de Grande Bretagne et Irlande, 1953) p.11.

[164] al-Sakhawi, al-Qawl al-badi` fi al-salat `ala la-habib al-shafi`(L’admirable doctrine concernant l’invocation sur le bien-aimé intercesseur) (Béirut: dar al-koutoub al-`ilmiyya, 1407/1987) p.245-246.

[165] Ibn Taymiyya, Qa`ida jalila p.82.

[166] Ibn al-`Arabi al-Maliki, `Aridat al-ahwadhi 5:201.

[167] Ibn Taymiyya, Qa`ida fi al-tawassoul wa al-wassila, éd. Rabi`a ibn hadi `Oumayr al-Moudkhali, p.162 (#478).

[168] Voir l’article de George Makdis dans l’encyclopédie de l’Islam, 2nd éd., s.v. “Ibn 'Akil.”

© Encyclopédie de la doctrine islamique, Cheikh Mouhammad Hisham Kabbani

suite des dires des imams Partie 4

Sommaire

::  Ch. Hisham Kabbani  ::

 
   Sagesses & Connaissance
Suivez les véridiques
Suivez les véridiques, Les véridiques sont comme des rubis parmi les pierres ou comme des émeraudes parmi les pierres. Les hommes ne s’intéressent pas aux véridiques alors qu’ils sont les créatures les plus valeureuses de la création.
Cheikh Nazim al-Haqqani :: 20 mai 2006
Le Seigneur nous a envoyé un atome de Ces Océans, Mouhammad (saw)
Allah nous envoie quelqu’un pour Le représenter, Lui et Sa Gloire, Son Pouvoir, Son Amour, Sa Beauté, Son Savoir et Sa Sagesse infinie.Je ne dis pas que ces représentants sont une représentation entière… peut-être seulement un atome.
Ch. Nazim Al-Haqqani :: 13 fevrier 2008
Toutes les nouveautes...
Chercher avec Google

 
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Nouveautés
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
As-Sayyid Nour Mouhammad al-Badawani
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
Le mien, pense...

Se promenant dans le marché, Nasreddin Hodja vit un oiseau coloré que l'on vendait 2 écus. Etonné, ils demanda: - Pourquoi coûte -t-il si cher?

Nasreddin Hodja :: 30 septembre 2004
   Islam
Allah is now as He ever was
Allah's Descent
The Great Ash`ari Scholars (5)
Uncreatedness of the Divine Speech - the Glorious Quran
The Ash`aris: The Jahmiyya
The Ash`aris: Early Heresies - An Introduction
The Ash`aris: The Jabriyya and Murji'a
The Ash`aris: The Qadariyya and Mu`tazila
The First Generation of al-Ash`ari's Students and Companions
The Ash`aris: The Hashwiyya and Mujassima
The Ash`aris: Imam al-Ash`ari
The Ash`aris: Hadiths in praise of Ash`aris
The Ash`aris: The Jabriyya and Murji'a
The Ash`aris: The Ash`ari School
Hâdir wa Nâzir - Omnipresence of the Prophet (s)
Status of Arabs
Hâdir wa Nâzir - Omniprésence du Prophète (s)

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
 
   Citations  et anecdotes
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437