Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
 |  Vancouver |  USA |  France | 
 
   La Supériorité du Service


La Supériorité du Service

Sa bienveillance en privé et en public a marqué sa voie. Il a dit,

"Une fois je suis allé à l'école de Qutb ad-Din as-Sadr à Samar. J'ai trouvé là quatre personnes avec des très fortes fièvres. J'ai commencé à les servir, nettoyant leurs vêtements et les nourrissant, avant que je ne sois aussi infecté de la même fièvre. Cela ne m'a pas empêché de les servir. La fièvre s'accentua au point que je réalisait que j'allais mourir. J'ai me fit le serment, ' Laisse-moi mourir, mais laisse ces quatre personnes être servies. ' J'ai continué à les servir. Le jour suivant j'était complètement guéri, tandis qu'ils étaient toujours malades."

Il a dit,

"Aider et servir les gens, dans la compréhension de cette Voie, est meilleur que le Dhikr et la méditation. Certaines personnes pensent que de faire les Sounnas surérogatoires est meilleur que servir et aider ceux qui sont dans le besoin. C'est notre avis, cependant, s'occuper des gens, les aider et leur montrer de l'amour est meilleur que tout autre chose."

À cet égard, Shah Naqshband (q) avait l'habitude de dire, "Nous aimons servir, pas être servi. Quand nous servons, Allah est heureux avec nous et cela apporte plus d'attraction à la Présence Divine et Allah ouvre d'avantage cet état pour nous. Cependant, être servi, apporte la fierté et la faiblesse au coeur et nous fait reculer de la Présence Divine."

Cheikh cOubaidoullah (q) a dit,

"Je n'ai pas pris cette tariqat des livres, mais j'ai suivi cette tariqat par le service aux gens."

"Chacun entre par une porte différente; je suis entré dans cet Ordre Spirituel par la porte de service."

Il était extrêmement stricte dans l'application du adab (la bonne conduite ) dans le comportement externe et interne, dans sa séclusion et parmi les gens. Abou Sacad Al-Awbahi a dit, "je l'ai accompagné 35 ans et a été avec lui continuellement. Durant tout ce temps-là je ne l'ai jamais vu enlever de sa bouche la peau ou les graines d'un fruit, afin de ne pas ouvrir sa bouche avec de la nourriture à l'intérieur. Quand il était somnolent il ne baîllait jamais. Je ne l'ai jamais vu cracher. Je ne l'ai jamais vu faire quelque chose qui dégoûtait les gens. Je ne l'ai même jamais vu étant assis en tailleur. Il s'est assis seulement à genoux avec une conduite parfaite."

Retour aux principes

::  Cheikh Hisham Kabbani  ::

Version Imprimable

  L'Ordre Naqshbandi
Particularité
Origines & Ecole
Appelation
Fondation Haqqani
Le Soufisme

 Les Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
Cheikh Nazim Adil
Cheikh Hisham Kabbani
Ouweyssi
 Enseignements
Principes
Pratiques
Initiation
Paroles de Sagesse
Audio-Vidéo
Intercession
Usage des photos
Centres - Zawiya
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Mawlid
   Perles de sagesse avec Cheikh Nazim 
Ce qu'il vous reste
Soyez ceux qui établissent l’adoration Seigneuriale
Ceux qui suivent les Commandements et Ceux qui sont marqués par Shaytan
Offrez le Salut d’Allah avec sincérité pour obtenir Sa Satisfaction
Toutes les Sohba...
Chercher avec Google
   A propos
L'appelation de l'Ordre Soufi Naqshbandi
Soufisme 101, quelques questions simples
L'origine de l'Ordre Soufi Naqshbandi
Les premiers héritiers spirituels du Prophète (saw)
La particularité de l'Ordre Soufi Naqshbandi
La Fondation Haqqani
Interview avec Cheikh Hisham Kabbani
Les 11 principes de la voie

 
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Principes de l'Ordre Naqshbandi
20 Conseils de Cheikh Shah Bahaouddin Naqshband
L'intention quotidienne
La transmission Ouwéyssi de la connaissance spirituelle
11-Principes: Conscience du Coeur
Sur le Polythéisme caché (Shirk)
Qualifications d'un Maître Soufi
La vision de Ouweis Al-Qarani par Cheikh Abdoullah (q)
Les étapes du dhikr et son accomplissement
Le Dhikr - Souvenir de Dieu
La séclusion spirituelle dans le Soufisme
La Supériorité du Service
11-Principes: La Conscience des nombres
Importance de Prendre un Cheikh
L'Imam Ibn Taymiyya à propos des Saints et de la Sainteté
Les 11 principes de la voie
   Nouveautés
Toute chose devrait etre un Mawlid en l'honneur du Prophète
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
Souhaiter la rencontre du Prophète
Souhaiter la rencontre du Prophète. On a demandé au Messager d'Allah :"Qui a l'amour le plus fort pour toi ?" Il a répondu : "Celui qui croit en moi sans m'avoir vu est un croyant qui m'aime sincèrement tant qu'il se languit de moi. Un
Source: Sunnah.org :: 08 septembre 2004

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
   Citations  et anecdotes
:: Price of a hit on the neck ::

Nasreddin Hodja had visited a town for some personal business. Hodja was walking quietly along the road when somebody gave him a violent blow on the back of the neck. He looked behind him, and saw a young man whom he had never seen before.
- How dare you hit me like that! shouted Hodja.
- Sorry, in appearance from behind, you resemble someone I hate.said the young man.
He thought Hodja was making a lot of noise about nothing.
- I dont't think so! replied Hodja with pain on his neck
This insult made Hodja even angrier, of course, and he at once arranged for the young man to be brought before a judge. There was nothing for the young man to do but to appear before the court. Now, the judge who heard the case was a friend of the young man's father, and, although he pretended to be quite fair, he was thinking how he could avoid punishing the young man while at the same time not appearing unjust. Finally the judge said to Hodja:
- I understand your feelings in this matter very well. Would you be satisfied if I let you hit the young man as he hit you?
But Hodja said he would not be. The young man had insulted him and should be properly punished.
- Well, then, said the judge to the young man, I order you to pay ten liras to Hodja.
Ten liras was very little for such a crime, but the young man did not have it with him, so the judge allowed him to go and get it.
Hodja waited for him to return with the money. He waited an hour, he waited two hours, while the judge attended to other business.
When it was nearly time for the court to close, Hodja chose a moment when the judge was especially busy, came up quietly behind him and hit him hard on the back of the neck. Then Hodja said to him:
- I am sorry, but I can't wait any longer, I got lots of business to do. Since the price of a hit on the neck is ten liras you may receive that money instead of me. When the young man comes back, tell him that I have passed my right to the ten liras on to you. You look like familiar with this kind of compensation, don't you?
:: Nasreddin Hodja ::
 
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437