Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
 |  Vancouver |  USA |  France | 
 
   Mouhammad al-Massoum

Dans la sphère des réfugiés, mon cœur trouva refuge,
Après des blessures par les flèches de l'inimitié.
Ô Miséricorde de Dieu pour Ses esclaves.
Contrairement à toutes Ses créations inanimées,
Tu es l’Être digne de Sa confiance.
Ô demeure de mon Seigneur, ô lumière de mon cœur,
Ô sympathie de mes yeux, ô mon fin-fond !
Ô secret véridique de l'existence, ma confiance sacrée, mon amour pur !
Ô ma Quête depuis chaque quartier et chaque vallée,
Depuis la subsistance du Vrai, ensuite d'en-haut,
De l'auto-extinction, puis des profondeurs !
Ô Kaaba d'Allah, ô ma vie, ô chemin du destin, Ô ma guidance !
Dieu répand Sa lumière sur ton terrain, et ses rayons éclairant ton cœur.


Ibn `Arabi, al-Foutouhat al-Makkiyyyah.

Il est l’Attaché à Allah (Ourwat-il-Wouthqa), le Guide Pieux qui détenait la Charia et la Réalité (haqqiqat), celui qui sut distinguer entre l'Ignorance et la Vérité. Il est né en l'an 1007 H. Il eut de son père l’enseignement de la connaissance spéciale des saints. Après le décès de son Cheikh, à l'âge de 26 ans, Il prit le trône de la guidance dans la Voie Naqshbandi et devint célèbre partout. Son nom coulait sur toutes les langues et ses adeptes affluaient vers lui de tout bord. Même les rois reconnaissaient sa grandeur en son temps.
Il s’était révélé saint depuis son enfance à tel point qu’il refusait l’'allaitement pendant le Ramadan. À l'âge de trois ans, Il parlait déjà de la Connaissance de l'Unicité en déclarant : « Je suis la terre, je suis le ciel, je suis Dieu... Je suis ceci, je suis cela. » Il a mémorisé le Coran en trois mois à l'âge de six ans. Et à travers son cœur, il tentait d'apprendre la vraie connaissance : la Charia et la Haqqiqah réunies, et il réussit à atteindre leur apogée. À l'âge de 17 ans, il fut déjà baptisé le plus grand savant de son temps, et celui qui était honnête dans toutes ses décisions juridiques (fatawa). Au demeurant, il n'a accepté ni l'innovation ni les licences.
Son père Sayiddina Ahmad al-Farouqi avait prédit que de cet enfant, jaillirait une implacable puissance. Un jour, Mouhammad dit à son père Sayiddina Ahmad al-Farouqi : « Je me conçois comme une vie qui circule dans chaque atome de ces univers. Ces univers en prennent la lumière comme la terre prend la lumière du soleil. » Son père lui répondit : « Ô mon fils, cela signifie que tu seras le Qutb (Pôle Spirituel) de ton temps. Souviens-en-toi. »
Son père lui dit, un jour : « Tu as été conçu à partir du résidu de mon résidu, qui était le résidu du Prophète ».
Et en voici d’autres déclarations du père :
« J'ai légué à mon fils Mouhammad Massoum tout ce qui m'a été donné. »
« Le Connaisseur Parfait qui est honoré d'exister dans l'État de l'Existence Complète sera le Témoin Observateur de la Beauté d'Allah dans le miroir de cet univers et il se verra en tout. Cet univers sera lui et il sera cet univers. Il se verra circuler dans chaque individu de cet univers, englobant le Tout dans la Partie et la Partie dans le Tout. »

De ses miracles
Un jour, un de ses assistants, Khawaja Mouhammad as-Siddiq, voyageait à cheval. Ses pieds ayant glissés, il était suspendu à l’étrier. Le cheval étant au galop, Khawaja s'attendait au péril; il eut alors la présence d’esprit de solliciter son maître : « Ô mon Cheikh, sauves-moi ». Aussitôt, il vit son Cheikh apparaître, prendre les rênes du cheval et l’arrêtant immédiatement.
Un de ses disciples dit : « Je suis tombé dans la mer et je ne savais pas nager. J'ai crié le nom du Cheikh, et lui de venir me secourir. »
Un jour, alors qu’il était en compagnie de ses disciples dans sa khaniqah (centre spirituel pour la retraite, les prières et la méditation), de l'eau coulait soudainement de ses mains et de ses manches. Les disciples furent surpris et lui demandèrent : « Qu'est-ce que c'est, ô notre Cheikh? » Ce dernier de répondre : « L'un de mes Mouridines était sur un navire en train de couler lors d’une tempête. Il vient de m’appeler pour le sauver, alors je lui ai immédiatement prêté ma main de secours. » Lesdits disciples ont noté l'heure de cet événement, et quelques mois plus tard, ils rencontrèrent un marchand à qui ils posèrent des questions sur cet incident. Le marchand répondit : « En effet, à ce moment-là, mon Cheikh était venu à ma rescousse. »
En son temps, un magicien avait l'habitude d’entrer dans le feu sans jamais se brûler. Cela suscitait une grande controverse parmi le peuple, voire même la fitna (dissension). Ainsi, le Cheikh alluma un grand feu dans la ville, et ordonna au magicien : « Entre dans mon feu ! » Ce dernier eut peur et s’abstint. Puis, le Cheikh s’adressa à l'un de ses mouridines : « Entre dans mon feu en disant : LA ILAHA ILLALLAH ». Ce mourid exécuta et le feu fut frais et paisible sur lui, de même que pour Sayyidina Ibrahim [21:69] lorsqu’il a été lancé dans le feu. À voir cela, le magicien se convertit immédiatement à l’Islam et cita la shahada : Ash-hadou an la ilaha illa-l-Lah, wa ash-hadou anna Mouhammadan rasalou-l-Lah.
Cheikh Abdou-Rahman A Tirmidhi a raconté : « Mon frère et moi avions rendu visite à Cheikh Mouhammad Massoum Ce dernier a offert à tout le monde un cadeau de ses vêtements sauf à moi. À notre retour dans notre pays, j'étais très triste parce que je n'avais rien reçu de lui. Après un certain temps, une rumeur s'est répandue dans toute la ville que le Cheikh viendrait visiter la ville. Tout le monde alla l'accueillir, et je suis allé avec eux. Le Cheikh arriva sur un cheval blanc. Il me regarda et me dit : « Abdou-Rahman, ne sois pas triste. Je voulais te tester et j'ai gardé pour toi ma robe spéciale (joubba) que j'ai héritée de mon père, Sayyidina Ahmad al-Farouqi . » J'ai ainsi mis le linge sur moi. Aussitôt, tout disparut et mon Cheikh apparut devant moi. Il apparaissait dans chaque atome et chaque particule. J'ai ainsi atteint un état de félicité et j’ai accédé à la Présence Divine. »
Un jour, un non-voyant s'approcha du Cheikh et lui demanda : « Veuillez prier pour moi qu'Allah me rende la vision ». Le Cheikh frotta de sa salive les yeux de l’aveugle et lui dit : « Va chez toi et n'ouvre pas les yeux avant d'y arriver. » Ce dernier, arrivé chez lui, ouvrit les yeux et recouvra aussitôt la vision.
Certains dirent au Cheikh : « Il y a quelqu'un qui maudit les califes du Prophète o. » Il s'est alors fâché, et dans sa main, il y avait un couteau avec lequel il coupait une pastèque. Il dit : « En coupant cette pastèque, je coupe le cou de celui qui maudit les califes du Prophète  ». L’homme en question décéda immédiatement.

Parmi les histoires racontées par Cheikh Mouhammad al-Massoum  :
« Quand j'étais au Hadj (pèlerinage), j'ai vu la Kaaba me serrer dans ses bras et m'embrasser avec énormément de compassion et d’émotion. Ensuite, Allah m'a révélé dans une vision que des lumières et des bénédictions jaillissaient de moi, et qui proliféraient jusqu'à couvrir tous les déserts, puis toutes les montagnes, puis tous les océans, puis tous les univers, et qu'elles pénétraient dans chaque atome de ces univers. Ainsi, tous ces atomes ont atteint l'amour de l'Essence de la Kaaba. J'ai alors vu de nombreux Êtres spirituels, dont des anges et des saints, tous debout en ma présence comme si j'étais leur sultan. Ensuite, un ange me remis une lettre manuscrite sur laquelle il était écrit : " De la part du Dieu des Cieux, des Univers et de toute la Création, j'accepte ton pèlerinage " ».
« Puis j'ai continué mon voyage en direction de la Madinat'il-Mounawwarah, la Cité du Prophète où je lui rendis visite à sa tombe. Quand j'ai dirigé mon visage vers le sien, j'ai vu le prophète sortir de sa tombe, puis il m'embrassa. Je nous vîmes dans un état de communion où tout, en nous, fusionnait : nos cœurs, nos langues, nos oreilles, jusqu'à ce que je ne me voyais plus qu’à travers le Prophète . Cette vision me transcenda dans la station de l'Ascension où le Prophète fut élevé lors de la Nuit de l'Ascension. Cette nuit-là, j’ai acquis toutes les connaissances que le Prophète voulait me transmettre. »
« Ensuite je me dirigeais vers les deux grands califes du Prophète . Dès que je me présenta devant Sayyidina Abou Bakr , je me vis porter une robe rouge. Tandis que devant Sayyidina Omar , je me vis porter une robe jaune. En quittant les lieux, je portais une robe verte que je savais venir du Prophète . Puis j'ai vu une vision où Allah a levé tous les voiles sur mon cœur, et j'ai vu que tout ce qu'Allah avait créé, de la Station du Trône (Aarsh) à la Station de la Terre, avait besoin du bien-aimée Mouhammad , et qu’il était le noyau de toute lumière animant chaque atome. »
« Si je devais révéler ce que le Prophète m'avait transmis à ce moment-là, je risquais de me faire décapiter. Par la suite, j’ai su que chaque prière ou louange ou poésie sur le Prophète me serait subtilement destiné. Puis j'ai vu tous les univers, de la Station du Trône à la Station du Monde, s’illuminer par ma lumière. Quand vint le moment de retourner à mon pays, j'étais à ma dernière visite au Prophète et je pleurais lors des adieux. J'ai vu alors le Prophète   sortir de son maqam (gare), il me vêtit de robes qui n'avaient jamais été vues auparavant et il posa une couronne sur ma tête. Cette couronne venait du Roi des Rois, de la Présence Divine, ornée de divers Joyaux, dont la description serait ineffable dans cette ère. Et je savais que cette couronne et ces robes appartenaient à Allah Tout-Puissant et Exalté, qu'Il avait offertes à Son Prophète  dans la nuit de l'Ascension et que le Prophète m'a gardées pour cette nuit-là. »
Cheikh Mouhammad Massoum était le miracle des miracles d'Allah et une lumière qu'Allah a répandue sur ce monde afin de guider l'humanité. On raconte qu'il aurait initié à cette tariqat plus de 900 000 adeptes et qu'il aurait eu 7 000 députés, chacun d'eux étant un saint. À noter qu’en une semaine de rencontres, il pouvait amener son disciple à l'état d'Annihilation et, en un mois, à l'état de Subsistance. On dit aussi qu'il pouvait élever son disciple à l'État d'Existence en une seule séance au sein de son association.
Il rendit l’âme le 9 Rabi al-Awwal 1079 H. / 1668 G., après avoir transmis le secret de cet Ordre à Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi .



Cheikh Hisham Kabbani

Version Imprimable

  L'Ordre Naqshbandi
Particularité
Origines & Ecole
Appelation
Fondation Haqqani
Le Soufisme

 Les Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
Cheikh Nazim Adil
Cheikh Hisham Kabbani
Ouweyssi
 Enseignements
Principes
Pratiques
Initiation
Paroles de Sagesse
Audio-Vidéo
Intercession
Usage des photos
Centres - Zawiya
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Mawlid
   Perles de sagesse avec Cheikh Nazim 
Ce qu'il vous reste
Soyez ceux qui établissent l’adoration Seigneuriale
Ceux qui suivent les Commandements et Ceux qui sont marqués par Shaytan
Offrez le Salut d’Allah avec sincérité pour obtenir Sa Satisfaction
Toutes les Sohba...
Chercher avec Google
  La chaine d'or des Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
L'intercession
Photo des Cheikhs
Ouweyssi
Genealogie des Cheikhs
Qualifications du Cheikh
   Les Cheikhs de la Naqshbandi
Mouhammad Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi
Mouhammad al-Massoum
La transmission Ouwéyssi de la connaissance spirituelle
L'attachement au Cheikh, La Rabita
Qualifications d'un Maître Soufi
Cheikh `Abdoullah al-Fa'iz ad-Daghestani
Darwish Mouhammad as-Samarqandi
Khwaja Mahmoud al-Anjir al-Faghnawi
Ali ar-Ramitani
Cheikh Mouhammad Baba as-Samassi
Cheikh as-Sayyid Amir Koulal ibn as-Sayyid Hamza
Mouhammad Baha'ouddin Shah Naqshband
Ala'ouddin al-Boukhari al-Attar
Cheikh Yaqoub al-Charkhi
Oubaydullah Al-Ahrar
Mouhammad Khawaja al-Amkanaki
Mouhammad al-Baqi Bi-L-Lah
Mouhammad Baha'uddin Shah Naqshband
Ahmad al-Farouqi as-Sirhindi
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
The Messenger of God,Prophet Muhammad ibn Abdullah
Abou Bakr as-Siddiq
Salman al-Farisi
Qassim ibn Mouhammad ibn Abou Bakr
Imam Ja`far as-Sadiq
Tayfour Abou Yazid al-Bistami
Aboul Hassan `Ali ibn Ja`far al-Kharqani
Abou `Ali al-Farmadhi at-Toussi
Abou Ya`qoub Youssouf al-Hamadani
Aboul `Abbas, al-Khidr
Abdoul Khaliq al-Ghoujdawani
Arif ar-Riwakri
Les 11 principes de la voie

Cheikh Nour Kabbani a Toronto du 11 au 15 juillet 2019
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Nouveautés
Mouhammad al-Massoum
Mouhammad Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi
De qui devons nous prendre la Tariqah
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
Tiger powder
Tiger powder (One day Molla Nasreddin was sprinkling some powder on the ground around his house. )
Nasreddin Hodja :: 19 janvier 2002

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
   Citations  et anecdotes
:: The missing leg ::

The Hodja was a poor man but not a miserly one. As a matter of fact, miserly people are never poor. Anyhow, one day the Hodja was going to visit the great Tamerlane. On second thoughts he realized how unseemly it would look for him to go empty handed. No, it wouldn't do...

He got a goose beatifully roasted, placed it in a tray and started on his way to the palace. After a while, the aroma of the roasted goose began to tell on him and, when he could bear it no longer, he broke one of it legs off and satisfied his desire.

Tamerlane when offered the gift, at once noticed that one of the legs was missing and being lame in one leg himself, he thought this must have been done on purpose to remind him of his disability. He was, of course, furious and the Hodja had never in his life been in greater danger.

-"What is the meaning of this? " roared the tryant. "Where's the other leg of this goose?"
-"Your Majesty, all the goose in Akshehir are one-legged," replied the Hodja.
-"That's preposterous! I never heard of such nonsense!"
-"If your Majesty deigns to look out of the window, the geese near the water will vouch for me."
True enough, all these were standing about in the sun on one leg. He ordered an attendant to chase the birds away. They watched the attendant throw a large stick and then the geese running away as fast as both their legs could carry them.
-"You see, Nasreddin, you were lying. Those geese proved to have two legs a piece."
-"Those poor birds didn't prove a thing, your Majesty. If i were chased away with such a stick, i might grow two more legs myself."
:: Nasreddin Hodja ::
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Meditation
Vigile - Qiyam
Mawlid
Dou'a - Invocations
 Principes
L'intention
La Bay'at avec le Guide
Le Service
La Séclusion
La conduite du Mouride
La conscience et l'éveil
 
   Notre mission
Notre Mission consiste transmettre les enseignements du Soufisme sur la fraternité de l'Humanité et l'unité de la croyance en Dieu présente dans toutes les religions et voies spirituelles...
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437